Square des Frères-Charon

Place publique

 

Équipe de conception : Gavin Affleck, architecte ; Raphaëlle de Groot, artiste en arts visuels ; Robert Desjardins, architecte du paysage, Ville de Montréal. Avec la collaboration de : Gilles Arpin (éclairage), Sandra Baronne (plantation), Michel Morelli / Morelli Designers (mobilier urbain), François Riopel / Genivar (génie), Julie Leclerc et Paul Martin / Moitié-moitié (concept et design d’interprétation), Annick Poussart (rédaction).

2005-2007

Montréal

En 2005, la Ville de Montréal a constitué une équipe multidisciplinaire avec le mandat d’élaborer un projet pour le réaménagement du square des Frères-Charon (angle McGill et Wellington). Le concours organisé pour retenir les services de l’artiste avait la particularité de proposer une démarche ouverte où la réalisation d’une oeuvre n’était pas programmée. L’intention était avant tout d’intégrer le point de vue et l’expertise de l’artiste dans le processus global de conception.

 

La problématique de départ consistait à donner au square une identité et une cohérence qui lui soient propres. Lorsqu’on considère l’histoire du lieu, on constate qu’à partir du moment où le terrain apparaît sur le plan de la ville (1845), son destin reste longtemps en suspens pendant un certain temps. Sorte d’espace «orphelin», il passe entre les mains de différents propriétaires qui n’y construisent rien de significatif, l’exploitant surtout comme lieu d’entreposage, puis comme aire de stationnement. En 1965, la moitié Est du terrain est expropriée pour les fins des travaux de l'égout collecteur Saint-Jacques D'Youville. Le reste suit en 1974 pour les besoins d’une station de pompage. Ce n’est que suite à ces travaux qu’on y aménage, en 1989, le «parc des Frères-Charon». Cette proposition constitue alors une forme de pis-aller. À cette époque, le secteur est un peu laissé à l’abandon. Toutefois, à la fin des années 1990, l’augmentation des résidants et des travailleurs transforme la dynamique du quartier et l’environnement immédiat du square connaît des développements immobiliers majeurs. L’aménagement du parc est devenu désuet.

L’îlot du square est un espace fuyant, tiraillé par plusieurs dynamiques urbaines et signatures de design urbain. Sorte de plaque tournante, seuil de transition et de multiples embranchements, il joue un rôle important dans les relations qu’entretiennent le Faubourg des Récollets, la Cité multimédia, le Vieux-Montréal, le Vieux-Port et la rue McGill. Il abrite également des infrastructures et des équipements publics qui imposent un certain nombre de contraintes incontournables.

Le premier défi du projet de réaménagement consistait à réconcilier l’espace du square à sa nature de carrefour; le second était de mieux intégrer les infrastructures qui devaient y rester. L’équipe a pris le parti de proposer une expérience du paysage qui donne à voir la ville actuelle en même temps qu’elle révèle la mémoire de l’état premier du site. Cela s’exprime par une découpe circulaire réalisée à même le pavé de la ville de façon à mettre au jour la prairie où les frères Charon ont construit le moulin à vent dont les vestiges sont signalés par un marquage en granit au coin Sud-Est de l’îlot. Ce geste suggère un intervalle de temps qui laisse imaginer les transformations graduelles du lieu. Le contraste ville/prairie est accentué par un choix de végétaux qui met en valeur le cycle saisonnier. Un éclairage nocturne coloré souligne aussi les qualités de la végétation. Enfin, la modification d’un des bâtiments techniques inaugure un petit belvédère. Par un escalier, le citadin découvre un autre point de vue sur le square et la ville environnante.

Entretien entre Raphaëlle de Groot et Jean-François Prost, «Le square des Frères-Charon» dans Dis/location 1 : projet d’articulation urbaine, square Viger. Sous la dir. de Jean-Pierre Caissie. Montréal : Dare-dare, Centre de diffusion d’art multidisciplinaire de Montréal, 2008, p 133-146.