Exercice filmé 1, 2002. Vidéogramme.

Drawing Session, 2004. Vidéogramme.

Life Class, 2005. Action performative, Leeds City Art Gallery, Leeds. Photo : John Griffiths.

Open Rehearsal, 2005. Action performative, Leeds City Art Gallery, Leeds. Photo : John Griffiths.

En exercice, 2006. Action performative, Galerie de l’UQAM, Montréal. Photo : Anne Motte.

En exercice, 2006. Action performative, Galerie de l’UQAM, Montréal. Photo : Anne Motte.

Portraits de clients, 2007. Action performative, Ottawa. Photo : David Jacques.

Portraits de clients, 2007. Action performative, Ottawa. Photo : David Jacques.

Portraits de clients, 2007. Action performative, Ottawa. Photo : Geneviève Provencher.

Étude 4, 2007. Vidéogrammes.

Performance non-titrée, 2009. La Centrale Powerhouse, Montréal. Photo : David Jacques.

Pêche au lancer, 2010. Performance, Nuit Blanche, Montréal. Photo : Laurence N. Béland.

En exercice à Venise, 2013. Performance, Venise. Photo : Gwenaël Bélanger.

En exercice à Venise, 2013. Performance, Venise. Photo : Gwenaël Bélanger.

Study 5. A New Place, 2015. Vidéogramme.

The Wait — Experimenting Expectation, 2015. Action performative, Justina M. Barnicke Gallery, Toronto. Photo : Jessie Lau.

Le corps en exercice

Raphaëlle de Groot réalise ses premières performances devant une caméra vidéo lors d'une résidence à la Cittadellarte-Fondazione Pistoletto (2002, Biella, Italie). Elle appelle ces expérimentations des exercices filmés, par exemple : elle emballe,  sa tête d’un papier et fixe à ses doigts un pinceau avec un poids puis, à même cette posture incommode, elle élabore une sorte d’épreuve créatrice. Elle réalise ces actions exactement comme elle est montrée, c’est-à-dire sans voir ce qu'elle fait, motivée par le seul besoin de s’exercer à la contrainte. En répétant le geste, une figure a commencé à émerger.

Ces expérimentations s'élaborent parallèlement à plusieurs projets qu'elle réalise auprès de différentes communautés : dans une congrégation religieuse (Dévoilements), auprès de personnes aveugles (Colin-maillard ), avec des travailleuses en maison privée (Plus que parfaites) et auprès des ouvriers.ières d'une usine textile (8 x 5 x 363 + 1). Sa présence “étrangère” comme artiste dans ces milieux suscitait une curiosité mutuelle. “Comment ma réalité, mon métier, ma vie, peuvent-ils être des sources d’inspiration pour toi?” — lui demandait-on. Elle comprit alors que l'art, comme espace non défini et inconnu, représentait une forme d'altérité ou de figure de l'Autre.

Ainsi, les premières performances de Raphaëlle de Groot cherchaient peut-être à donner corps à des états de la création, du travail qu’elle sous-tend: sortie de soi, déplacement de l’attention, tâtonnement, expérience de l’étrangeté/altérité, écoute, abandon, solitude, risque, engagement, recommencement, ouverture.

 


 

The Wait — Experimenting Expectation

Performance ; installation ; vidéo

 

Présenté dans le cadre de l’exposition Flesh of the World à la Justine M. Barnicke Gallery

Commissariat de Amanda Cachia

2015

 

Toronto, Ontario

Assise les yeux bandés, Raphaëlle de Groot attendait qu’une interaction s’engage avec les visiteurs. Des matériaux étaient disposés sur des tables, la plupart ramassés sur les trottoirs, dans les rues de la ville. Elle fixait à son corps les choses qu'on déposait dans sa main, demandant ensuite aux participants de signer leur nom sur une feuille. Les présences performatives étaient d'une durée de cinq heures consécutives.

 

 

Off

Performance ; installation ; vidéo

 

Présenté dans le cadre de l’exposition

The Art of the Lived Experiment présentée par DISART Festival au

Urban Institute of Contemporary Arts 

Commissariat de Aaron Williamson et Amanda Cachia

 2015

Grand Rapids, MI, États-Unis

Les performances utilisent des objets, des accessoires et des matériaux trouvés sur place dans les espaces de remisage du Urban Institute of Contemporary Arts, ainsi que quelques éléments apportés par l'artiste (faux-membres ; filet). L’action se développait autour de défis improvisés dans le moment. Raphaëlle de Groot assemblait sur mon corps les matériaux réunis et déambulait dans l’espace d'exposition. Cela  produisait différentes situations d’interaction avec le lieu et le public. Les accessoires et restes des actions étaient ensuite été exposés avec une documentation vidéo.

 
 

Étude vidéo ; restes d’actions numérisés

 

Réalisé pour Curated Space,

Arts & Disability Ireland dans le cadre

de l’exposition virtuelle Marking Blind

Commissariat de Amanda Cachia

 2015

 

Study 5.

A New Place

 

 

 

En exercice

à Venise

Performance 

 

Présenté à l'occasion des journées d’ouverture de la 55e Biennale de Venise par la Galerie de l'UQAM et le Conseil des arts et des lettres du Québec avec la collaboration de la Délégation du Québec à Rome

 

Commissariat de Louise Déry

30 mai 2013

Venise, Italie

 

« Il s’agit d’une occasion exceptionnelle de marquer la présence de l’artiste autrement dans un contexte complexe et étourdissant où la visibilité — voir et être vu — oblige l’épreuve et le dépassement. C’est ce rapport à la visibilité qui constitue le filon principal. »

« C’est la première fois que je me livrerai à une performance aussi longue et que je le ferai à l'extérieur, dans un contexte où il y a beaucoup d'inconnu. La performance sera réalisée en trois phases, dont chacune fera bien une heure. Je ne sais pas comment les gens vont réagir et s'ils chercheront à interagir avec moi, et je ne sais pas non plus à quel point je serai désorientée dans mes déplacements. »

Sources:  Raphaëlle de Groot, communiqué de presse du 13 février

archives du site web de la Galerie de l’UQAM.

Bibliographie


Fornwald, Blair, Jennifer Matotek et Wendy Peart, Material Girls, London UK : Black Dog Publishing, 2015 144 p. St-Gelais, Thérèse, « Raphaëlle de Groot et moi», Spirale, n. 247, hiver 2014, p. 58-59. Sylvette Babin, « Raphaëlle de Groot, En exercice à Venise», Esse, n. 80, hiver 2014, p.82-85. Déry, Louise, «Raphaëlle de Groot: Récits d’autrui», in Raphaëlle de Groot. La Réserve, Rome: Z2O Galleria – Sara Zanin, 2013. (catalogue d’exposition) Nathalie Petrovski, «Venise, l’argent et le Québec», La Presse, Montréal, 3 juin 2013. Marie-Ève Charron, «Une mascarade pas comme les autres», Le Devoir, Montréal, 31 mai 2013. Leah Sandals, «Raphaëlle de Groot: An Artful Wanderer in Venice», Canadian Art, affiché le 31 mai 2013.





 

Performance ; dessin ; installation

Réalisé dans le cadre de l’exposition Rendre réel | Making Real organisée pour le festival Scène Québec

.

Commissariat de Marie Fraser

19 avril au 5 mai 2007

Ottawa, Ontario

Derrière le comptoir d’une ancienne banque, Raphaëlle de Groot invitait les visiteurs à réaliser avec elle des portraits à partir de descriptions d’identité. Le visiteur choisissait une fiche qui fournissait des renseignements sur d’anciens clients de l’établissement: le nom, l’âge, la taille, le poids, la couleur des cheveux, la couleur des yeux et l’occupation. Il s’agissait d’informations véritables trouvées sur place dans des documents abandonnés. Elle exécutait les portraits d’après ces descriptions, en suivant les directives de ses interlocuteurs qui choisissaient les crayons et les marqueurs appropriés, et une perruque parmi un ensemble de cheveux «prêts à porter» fabriqués pour l’occasion. Le visiteur prenait ensuite deux photos Polaroïd, une qu’il emportait avec lui et une autre qu'elle conservait dans l’espace d’exposition.

 

Portraits de

clients

 
 

 

Il volto

interiore

 Performance ; dessin ; installation

Z2O Galleria – Sara Zanin

6 novembre au 29 décembre 2007

Rome, Italie

Les visiteurs étaient invités à prendre rendez-vous pour réaliser sur place le portrait d’une personne de leur choix. Ils décrivaient à l'artiste les traits du visage et, suivant leurs indications, elle traçait le portrait à l’aveugle sur une feuille de papier blanc qui lui couvrait la figure. Ils prenaient ensuite deux photos Polaroïd, une qu’ils emportaient avec eux et l’autre qu'elle gardait dans l’espace d’exposition.


 

En exercice

Performance ; installation ; vidéo

Galerie de l’UQAM

Commissariat de Louise Déry

 

24 au 1er avril 2006

Montréal, Québec

Au centre de la galerie, une aire d'expérimentation est aménagée : une plate-forme de bois au-dessus de laquelle des points d’ancrage soutiennent un système de cordes, de poulies et de contrepoids qui permettent l’accrochage d’une charge humaine. Autour se trouvent des tables, des outils, des matériaux et des accessoires, sortes de prothèses fabriquées par l'artiste pour conditionner ses mouvements. Durant l’exposition, Raphaëlle de Groot s’exerce à réaliser différentes actions dans cette installation en travaillant le plus souvent à l’aveugle, en présence du public ou encore à l’occasion d’ateliers organisés avec des groupes d’étudiants.

 

L’oeil témoin des visiteurs qui participaient à ces séances était nécessaire pour lui permettre de progresser et d’explorer de nouvelles possibilités. Dans cette perspective, une caméra vidéo était mise à la disposition de ceux et celles qui désiraient l’assister et laisser une trace de leurs observations.

 

Le calendrier prévoyait 22 performances d’une durée allant de 1h15min à 2h. Sur ces 22 performances une douzaine ont pris la forme d’ateliers impliquant la participation de groupe d’étudiants de niveaux et de domaines d’études variés.

 

Bibliographie


Fornwald, Blair, Jennifer Matotek et Wendy Peart, Material Girls, London UK : Black Dog Publishing, 2015 144 p. St-Gelais, Thérèse, « Raphaëlle de Groot et moi», Spirale, n. 247, hiver 2014, p. 58-59. Sylvette Babin, « Raphaëlle de Groot, En exercice à Venise», Esse, n. 80, hiver 2014, p.82-85. Déry, Louise, «Raphaëlle de Groot: Récits d’autrui», in Raphaëlle de Groot. La Réserve, Rome: Z2O Galleria – Sara Zanin, 2013. (catalogue d’exposition) Nathalie Petrovski, «Venise, l’argent et le Québec», La Presse, Montréal, 3 juin 2013. Marie-Ève Charron, «Une mascarade pas comme les autres», Le Devoir, Montréal, 31 mai 2013. Leah Sandals, «Raphaëlle de Groot: An Artful Wanderer in Venice», Canadian Art, affiché le 31 mai 2013.





 

Guided Tours,

Life Class,

et Open Rehearsal

Actions 

Présenté par le centre Artist House dans le cadre de l’événement Negotiating Us, Here and Now à la Leeds City Art Gallery

Commissariat de Byan Davies

et Nigel Walsh

2005

Leeds, Royaume-Uni

Les visiteurs de la Leeds City Art Gallery étaient appelés à négocier diverses situations provoquées par la présence inhabituelle de l'artiste dans les salles du Musées alors qu'elle s’emballait et "se bricolait" la tête en étant privée de la vue.

 

 

Drawing Session

Performance ; dessin ; vidéo ; installation

Réalisé dans le cadre d’une résidence à la University of Western Ontario organisée à l’occasion de l’exposition Just my Imagination au John Labatt Visual Arts Centre et au Museum London

Commissariat de MMB Collective

2004

London, Ontario

Raphaëlle de Groot propose une session de modèle vivant à des étudiants en dessin de la University of Western Ontario : installée sur un podium, elle s’emballe la tête avec divers matériaux créant des masques qui disparaissent successivement les uns sous les autres. Elle est privée de la vue durant toute la performance.

 

L'installation réalisée ensuite présentait les dessins des étudiants et la vidéo des multiples transformations de l'artiste.

June 17 - Coto De Caza Drive


Beginning June 17, 2019, SAMLARC’s professional landscape service providers will be working on the SAMLARC-owned landscaping slopes along Coto de Caza Drive at Santa Rosa. The landscape crews will be removing plant material from these slopes per OCFA guidelines. The clearing work is anticipated to take approximately six weeks to complete. During this time, homeowners can expect the following activity:

  • SAMLARC owned and maintained landscaping will be modified within 100 feet of the property line
  • The area will be inspected for nests prior to work commencement
  • Landscaping crews will use motorized equipment to trim and remove plant material
  • Groundcover that exceeds 24” in height will be removed or trimmed per OCFA Defensible Space specifications
  • Trees will be pruned and/or removed under the supervision of an arborist to maintain sufficient distance between trees
​The landscape modification will focus on the Acacia plants on the east and west sides of Coto de Caza Drive. The area will be inspected for nests and protected areas before clearing work begins. Following completion of the clearing work (approximately six weeks), the area will be added to a replanting schedule (anticipated to conclude within two weeks). The entirety of the Coto de Caza Drive project is anticipated to be completed within 6-8 weeks. For questions regarding the Coto de Caza Drive clearing work, please visit SAMLARC.org/projects for updates. You may also contact George Blair, Assistant General Manager, at 949-709-0014 or george.blair@fsresidential.com.




Overview of SAMLARC Defensible Space Work Plan


SAMLARC's Defensible Space Work Plan includes seven zones identified by OCFA for plant material removal and replacement according to OCFA Vegetation Management Guidelines. Over the course of 2019, SAMLARC landscaping crews will be removing plant material from these zones to comply with OCFA’s requirements. These areas include:

  • Santa Margarita Parkway at La Purisima

  • Rose Canyon (side slopes adjacent to property lines)

  • Los Portillos (rear perimeter)

  • Blufftop Trail

  • Arroyo Maintenance Corporation Perimeter

  • Coto de Caza Drive at Santa Rosa

  • Sausalito Slope (rear perimeter)

All homeowners adjacent to these areas will receive notification prior to the start of the work. During this time, homeowners can expect the following activity:

  • SAMLARC owned and maintained landscaping will be modified within 100 feet of the property line

  • The area will be inspected for nests prior to work commencement

  • Landscaping crews will use motorized equipment to trim and remove plant material

  • Groundcover that exceeds 24” in height will be removed or trimmed per OCFA Defensible Space specifications

  • Trees will be pruned and/or removed under the supervision of an arborist to maintain sufficient distance between trees

  • The area will be scheduled for replanting 30 days following removal

The cost for compliance with the more stringent OCFA standards is projected to be $648,000 for 2019. It is anticipated that OCFA will continue its inspection efforts this year, which could pose an additional cost to the Association this year or next year. In addition to the Defensible Space Work Plan, SAMLARC is developing a Perimeter Defensible Space Master Plan. This Plan would call for all SAMLARC property abutting a wildland area to meet the stringent OCFA requirements.




April 23 - OCFA Discusses Defensible Space Requirements


Californians enjoy beautiful weather nearly year-round, and Rancho Santa Margarita is no exception. However, California’s climate and landscape also provide extensive fuel for wildfires. SAMLARC is committed to the safety of its Members and their property. As part of that commitment, SAMLARC is working with the Orange County Fire Authority to ensure its property abutting wilderness areas adheres to OCFA’s Defensible Space requirements.

Like many master-planned communities, SAMLARC and its professional landscape service providers maintain community landscaping according to Fuel Modification Standards. However, in light of the 2017 and 2018 California wildfires, OCFA has also elected to enforce more stringent Defensible Space Standards. These Standards are targeted at communities adjacent to wildland and are designed to reduce the risk of wildfires throughout the community.

On Tuesday, April 23, 2019, SAMLARC and other master-planned community representatives met with the Orange County Fire Authority to discuss the Defensible Space Standards. The meeting was facilitated by the Community Associations of Rancho (CAR) in order to discuss clarification of the requirements, enforcement, and compliance processes. As SAMLARC and surrounding communities have embarked on bringing landscaping into compliance with Defensible Space requirements, certain challenges have been identified, including: out-of-budget expenses, unrealistic compliance deadlines, legal ramifications, and certification of compliance.

Representatives from SAMLARC, Trabuco Highlands, Dove Canyon, Robinson Ranch, Laguna Niguel Summit, and Rancho Cielo, and Walden attended the meeting. Fire Marshal and Assistant Fire Chief Lori Smith, as well as Assistant Fire Marshal Nick Pivaroff and Deputy Fire Marshal Jennifer Bower attended on behalf of OCFA. Additionally, Senior Policy Advisor Sara May represented Supervisor Lisa Bartlett’s office, and CAR’s legal counsel Dan Nordberg of Nordberg/De Nichilo, LLP were in attendance.

CAR Chair Derek McGregor and Fire Marshal Smith led discussion of the intention and context of Defensible Space requirements, as well as possible avenues of better partnership between OCFA and master-planned communities. OCFA is open to the concept of forming a stakeholder review committee, which would provide insight to OCFA as additional Defensible Space requirements develop. Additionally, OCFA suggested that CAR consider forming a local Fire Safe Council, which could offer grant funding and resources for homeowner education, and community wildfire protection plans.

The SAMLARC Board of Directors have identified wildfire safety as a key priority for the SAMLARC community. SAMALRC looks forward to participating in the development of the stakeholder review committee and the Fire Safe Council. Updates will be provided to the Membership at SAMLARC.org as they become available.

The CAR meeting was held in the Trabuco Canyon Water District Board Room, with refreshments provided by FirstService Residential.




April 8 - Work Plan Update


Master-planned communities throughout south Orange County are working with the Orange County Fire Authority to ensure that their properties comply with OCFA’s more stringent Defensible Space requirements. In late 2018, OCFA identified seven zones within SAMLARC’s boundaries that are adjacent to wilderness areas and must therefore adhere to defensible space vegetation guidelines. Over the course of 2019, SAMLARC landscaping crews will be removing plant material from these zones to comply with the more stringent requirements. Of the seven zones identified, two have been cleared of plant material that does not meet the OCFA Vegetation Management Guidelines. The remaining five zones will be modified over the duration of 2019, and include:

  • Arroyo Maintenance Corporation Perimeter
  • Santa Margarita Parkway at La Purisima
  • Coto de Caza Drive at Santa Rosa
  • Sausalito Slope (rear perimeter)
  • Blufftop Trail
The cost for compliance with the more stringent OCFA standards is projected to be $648,000 for 2019. It is anticipated that OCFA will continue its inspection efforts this year, which could pose an additional cost to the Association this year or next year. In addition to the Defensible Space Work Plan, SAMLARC is developing a Perimeter Defensible Space Master Plan. This Plan would call for all SAMLARC property abutting a wildland area to meet the stringent OCFA requirements. The Community Associations of Rancho (CAR) will meet with OCFA this month to request clarification of OCFA’s defensible space requirements, enforcement, and compliance processes. CAR includes management representatives from SAMLARC, Trabuco Highlands, Dove Canyon, Robinson Ranch, Rancho Cielo, Walden, and SAMCORP. Management representatives from additional Master-Planned Communities will also be in attendance. The intention of the meeting is to articulate and mitigate the impacts of these requirements on the south Orange County area.





En exercice, 2006. Galerie de l'UQAM, Montréal. Photo : Anne Motte.